Tripalium

tripalium

 

A l’opposé des démolisseurs gouvernementaux à l’oeuvre actuellement, Bernard Friot propose de pousser la logique de la protection sociale à son terme. Que chacun bénéficie d’un salaire à chaque moment de sa vie, qu’il soit en formation, en production, ou à la retraite, pour couvrir ses besoins : c’est le salaire à vie.

Viennent alors les polémiques… avec les mots d’aujourd’hui, qui avaient  un sens différent hier, et sont sans doute inaptes à décrire la situation de demain. Contrairement à Bernard Friot et comme Jean-Marie Harribey, je pense qu’effectivement un chômeur ou un retraité ne travaille pas, même si il est très actif dans sa vie. Il faut toujours se mettre d’accord sur les définitions, l’axiomatique, sous peine d’entretenir des échanges artificiellement polémiques, alors qu’on peut se révéler largement d’accord sur le fond…

J’aime regarder l’étymologie des mots, elle mesure la distance parcourue par la société  depuis plusieurs siècles :

Travail (« tourment, souffrance ») (XIIe siècle), du latin tripalium (« instrument de torture à trois poutres »).

Oeuvre (XIIe siècle) De l’ancien français tardif uevre, primitivement ovre, qui remonte au latin ŏpĕra (pluriel de opus « œuvre »), employé au féminin singulier dès le latin pré-classique (Plaute) au sens de « activité, travail ».

L’ensemble des oeuvres des hommes forment l’histoire de la colonie humaine. C’est le cas des chansons écrites par les Beatles avant leur célébrité, du vaccin contre la rage de Pasteur, du château de Versailles, ou plus modestement celui qui embellit sa maison … Ce sont des oeuvres, qui auront marqué l’histoire humaine. Le plus souvent, leurs auteurs n’ont pas été soumis au tripalium pour les créer.

Rétribuer chacun pendant toute sa vie, c’est lui permettre de recommencer chaque jour sa part dans l’ouvrage de l’humanité, en garantissant par la protection sociale ce que réclame le corps chaque jour : un toit, la santé, de la nourriture. C’est permettre à Michael Jagger et Keith Richards d’avoir le temps de se rencontrer, de se parler, et de créer des choses, qui vont permettre de produire la valeur économique. Et de ne pas être caissier dans un supermarché. C’est ouvrir le chapitre de l’Histoire où l’homme n’aura plus à accomplir des actes qu’il réprouve, à perdre son temps, à priver l’Humanité de son plus grand talent, simplement pour « manger ».

Une femme qui accouche travaille, une douleur travaille le corps, un tortionnaire travaille sa victime, un maître fait travailler son esclave. Le « travail » se charge de la sueur qui doit être produite pour gagner son pain. Il est légitime de penser, du point de vue linguistique, que les simples activités, amusantes, épanouissantes, non fatigantes, non pénibles, et non rémunérées, ne sont pas du travail. Au XIXe siècle, beaucoup pensaient qu’un vendeur dans sa boutique ne travaillait pas. Qui ne travaille pas, « oeuvre » néanmoins pour l’évolution de sa communauté, pour la colonie humaine. Le parent transmet la langue, l’artiste forme l’imaginaire, même l’assassin forme la jurisprudence et les valeurs, qui sont indispensables à l’échange en société, et donc aux relations économiques. Chaque membre d’une société est indispensable, par définition, puisqu’il existe pour les autres, dans la morphogenèse de l’Humanité. Le « travail » est le tripalium, un outil d’exploitation particulier dans l’Histoire. C’est la catégorie à laquelle le capital aura voulu réduire l’ensemble des oeuvres humaines, jusqu’à la destruction, car il est borgne et ne voit par définition que ce qui peut être à la fois quantifié, détaché de la personne et vendu. Laissons donc le tripalium au mode de production capitaliste, à la plantation, et réjouissons-nous! Nous, nos deux yeux sont ouverts.

La communication de toutes les oeuvres humaines entre hommes pourrait alors pouvoir faire l’objet d’un protocole informationnel libre, comme la force, la direction, la couleur, la température et les courbes mystérieuses d’un tourbillon décrivent l’eau du torrent. La composante quantitative de ce protocole, catégorie particulière, ne s’appellerait pas « monnaie ».

 

Bernard Friot présentera ses réflexions et propositions ce lundi 11 janvier 2015 à Paris 12e, dans les locaux du PCF.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s