« Nous sommes en guerre » (hybride)

Notes prises à partir de la vidéo de la confrence de Lucien Cerise et Michel Drac en avril dernier à Nice. Notion de pouvoir furtif, et champs d’application de la guerre économique.

Lucien Cerise

Inventeur du concept de neuro-esclave / neuro-pirate : le pouvoir est exercé de façon furtive.

Stratégiquement, les Etats ne peuvent plus attaquer frontalement (2e guerre mondiale) et mènenet des guerres hybrides. Aux opérations conventionnelles s’ajoutent des attaques sur tous les champs sociaux : guerre économique, « soft power ».

Principe de base de l’ingéniérie sociale : minimiser le choc en retour. Voir sans être vu (principe du panoptique, Michel Foucault – « surveiller et punir » sur le milieu carcéral). Chaos contrôlé (destabiliser sans être destabilisé).

Triangle dramatique de Karpman : bourreau/victime/sauveur. L’agresseur doit endosser l’image de la victime ou du sauveur pour minimiser le choc en retour . D’où :

  • guerres « pour la démocratie » (Irak, Libye…) ;
  • attentats sous faux drapeau, guerres par procuration : action israélienne en Syrie via d’autres Etats musulmans annoncé en 1996 par Richard Perle (« A clean break ») ;
  • sociétés philanthropiques, « Open society », image d’ouverture = capitalisme industriel et financier qui avancent de façon furtive. Modèle « Open Russia » fondé par Ioukos avec Khodorkovsky/Rothschild.

Michel Drac

Histoire formée par les conflits entre puissances/peuples sédentaires/nomades.

Modèle : Duc du Moyen-Age qui taxe et protège les manants sédentaires contre les Vikings prédateurs. D’où une relation ambivalente et complexe entre exploiteur et exploité, contraire à l’analyse marxiste.

Les puissances nomades prédatrices actuelles (marchés) ont pris l’avantage sur les Etats-Nations (ONU) : métapuissance formée par le système bancaire et des multinationales. Prévision Attali : hyperclasse nomade embauchant des mercenaires contre une population désarmée et des Etats-Nations faillis.

Moteur de la guerre économique : volonté de puissance qui est le prolongement de l’instinct de survie. Il faut assumer la volonté de puissance pour jouer à la guerre économique : accroître ses capacités pour faire face à la future menace.

La guerre économique s’éloigne de la matière et donc du territoire, les ressources deviennent de plus en plus immatérielles. L’enjeu est l’innovation technique et l’outil monétaire. Dans le futur : soit la singularité technologique nous éloigne de plus en plus de notre humanité et il faudra maîtise les mondes virtuels, soit il y aura effondrement des ressources critiques et dans ce cas il faudra revenir à la maîtrise de la matière.

Moyens de la guerre : OPA, dévaluations, normes…La maîtrise de l’outil monétaire est centrale. La Chine apparaît agressive car elle ne maîtrise pas le système dollar, donc ne peut pas mener de guerre furtivement comme les USA.

A long terme la défaite et la victoire se jouent dans le champ de l’influence cognitive.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s