Admettons le colonialisme du crime contre l’humanité

Ce titre est en miroir de l’article de Claude Askolovitch, « Admettons le crime contre l’humanité du colonialisme », qui fait suite à la polémique lancée par Emmanuel Macron à Alger. Le candidat a fait naître une certaine colère chez les rapatriés d’Algérie, à laquelle il a cru bon de répondre comme de Gaulle, grand ami des pieds-noirs : « je vous ai compris! »… Pertinent n’est-ce pas ?

Mais sur le fond, la colonisation est-elle un crime contre l’Humanité ou pas?

Etudions ces deux concepts :

  • Le « crime contre l’Humanité » a été créé par le tribunal de Nuremberg en 1945, où les puissances victorieuses ont souhaité écraser définitivement et moralement le nazisme, après son écrasement militaire. Le crime contre l’Humanité, en raison de cette unicité, est donc quasiment synonyme de crime nazi.
  • La colonisation française en Algérie a été accompagnée de violences, y compris de violences raciales, mais elle a bien sûr des origines et un développement distincts de l’hitlérisme.
  • Le crime nazi/contre l’Humanité est toutefois devenu pour certains humains un étalon de cruauté. Cet étalon de référence n’est pas partagé par tous :
    • les populations asiatiques ont subi des violences raciales importantes d’origine japonaise : celles-ci ne sont pas qualifiées de crime contre l’Humanité alors qu’elles pourraient historiquement y prétendre du fait de leur proximité idéologique et militaire avec l’hitlérisme.
    • les populations algériennes n’ont pas subi le nazisme : le 8 mai 1945, date des évènements de Sétif, est un étalon de cruauté en Algérie, et un étalon de victoire sur la cruauté en France, deux sens opposés.
  • Le projet de l’Allemagne hitlérienne était de conquérir des terres à l’Est, d’y soumettre les peuples  et d’y exercer une violence raciste, ce qui remplit les caractéristiques d’un projet colonial. Il est différent des autres car il s’est produit en Europe-même, où le phénotype du colonisateur et du colonisé sont proches, ce qui introduit une dissonance cognitive peut-être à l’origine de la polémique actuelle.
  • Pour Emmanuel Macron, les crimes coloniaux sont des crimes nazis, pour d’autres,  les crimes nazis sont des crimes coloniaux (comme Franz Fanon).

Hitler: «Nous aspirons, non pas à l’égalité, mais à la domination. Le pays de race étrangère devra redevenir un pays de serfs, de journaliers agricoles ou de travailleurs industriels. Il ne s’agit pas de supprimer les inégalités parmi les hommes, mais de les amplifier et d’en faire une loi.»

Admettons le caractère colonial des crimes contre l’Humanité.

Enfin :

 

  • Il n’y a pas de repentance à obtenir de celui qui a déjà payé pour sa faute.
  • Il n’y a pas lieu de désigner un tribunal pour juger les crimes commis par la France en Algérie. Le peuple algérien l’a fait directement en mettant fin à l’occupation française, en même temps qu’il s’est lui-même défini comme souverain sur sa terre.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s