Que penser du Franc CFA ?

Le franc CFA et le franc CFP, ont été créés en 1945 au moment des accords de Bretton Woods. Ils se caractérisent aujourd’hui par une parité fixe avec l’euro, du fait du poids de cette histoire. En effet, en 1945, les taux de change étaient fixes entre le franc français et le dollar, puis entre le dollar et l’or. C’est ainsi que l’on concevait la monnaie à l’époque, selon l’étalon-or.

Tout cela est bien fini depuis 1971, après l’endettement important des USA pendant la guerre du Vietnam. L’or s’est démonétisé, et les taux de change des monnaies sont fixés par le « marché » de façon variable. Sauf les monnaies coloniales de la zone franc qui sont restées attachées jusqu’à aujourd’hui au franc français puis à l’euro, faute de décision politique.

70 ans après, les nouvelles générations africaines et européennes remettent en question le système.

L’Afrique n’est pas souveraine monétairement, mais comment montrer l’inconvénient ou l’avantage à avoir une monnaie coloniale? La Guinée Equatoriale par exemple, a librement accepté d’entrer dans le système CFA. De nombreux pays ont aussi une monnaie non souveraine (comme Andorre, Monaco…).

Des monnaies à parité fixe impliquent des échanges équilibrés en valeur.

Exemple : les Africains ont besoin de 1 milliard d’€ pour acheter des voitures, et les Français ont besoin de 1 milliard d’€ pour acheter du pétrole. Si les échanges restent équilibrés, le taux de change reste stable et peut être fixe.

En cas de déséquilibre commercial durable dans un système à taux de changes fixe, que se passe-t-il? L’institut d’émission du pays exportateur se retrouve avec une quantité trop importante de monnaie du pays importateur en actifs (comme la Banque centrale allemande avec les emprunts d’Etat grecs).  Au bout d’un moment le pays « riche » se rend compte qu’il n’a que faire de cette monnaie, qui dégrade le bilan de son institut d’ém:ission, donc de sa propre monnaie, qui perd aussi de sa valeur. C’est la dévaluation de 1994 pour le franc CFA.

Pour le franc CFP, la France rétablit l’équilibre en transférant directement l’argent. Elle achète en quelque sorte le privilège de la souveraineté sur la Polynésie, un loyer pour que son drapeau continue de flotter sur ces terres. Et les Tahitiens achètent du camembert et divers produits en échange : c’est équilibré.

Pour le franc CFA, la France doit soit transférer l’argent directement (« aide au développement »), soit acheter plus de produits africains. Si ça ne marche pas, les Africains doivent limiter leurs achats de produits européens pour maintenir l’équilibre.

Moins d’€ à disposition des Africains, à taux fixe, cela signifie moins de francs CFA en circulation, donc une famine monétaire artificielle, qui freine le crédit.

Le système paraît en effet contradictoire, car les Africains doivent à la fois limiter leurs achats en Europe pour équilibrer leur commerce, tout en maintenant un accès préférentiel à ce marché du fait de l’histoire coloniale.

Ca ne peut être résolu qu’en transférant de l’argent du Nord vers le Sud. C’était la règle au temps de colonies (ça l’est toujours avec le franc CFP), mais la France a refusé de lier son destin aux nations africaines nombreuses, la règle n’est plus respectée aujourd’hui.

Le maintien de ce lien colonial se traduit plutôt aujourd’hui par la famine monétaire en Afrique, conjuguée à de l’immigration vers le Nord, et l’extraction effrénée des ressources naturelles pour pérenniser les transferts Nord-Sud.

Au bénéfice toujours dans grands groupes industriels désireux d’exploiter ce potentiel humain et naturel.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s